Analyse pour les élections communales 2020 dans la perspective de la votation du 24 novembre


Grand bien lui fasse, le PLR veut revenir à l’élection indirecte du Conseil communal pour des motifs que je ne connais pas car je n’ai pas compris à quel jeu il joue : à la roulette russe ? Par contre, j’espère que ses électrices et électeurs comprendront que ce serait la meilleure façon d’offrir comme sur un plateau 4 sièges à la gauche, dont 2 au POP. Personnellement, je ne m’en plaindrais pas.

La première répartition des mandats pour les 5 sièges du CC se calcule à partir du nombre total de suffrages de toutes les listes qu’on divise par le nombre de mandats plus un. Soit 5 + 1 pour le Conseil communal de La Chaux-de-Fonds. Ainsi sur 100 suffrages ou pour cent, il suffit de 16,66 pour avoir un siège, 33,33 % pour en avoir deux.

On peut donc faire l’hypothèse certaine que le PLR, le POP et le PS dépasseront chacun cette barre comme en 2016. Pour la première fois depuis 2004, les apparentements seront interdits. Chaque bloc ira donc pour soi. Je dis bloc car rien n’empêche, comme dans mon roman, les VL et le PDC de faire une liste commune pour conquérir le siège de l’UDC et avoir un-e conseiller-ère communal-e.

Il reste donc un mandat, un siège à attribuer. La loi est limpide : « on divise le nombre de suffrages de parti obtenu par chacune des listes par le nombre de mandats qu’elle a déjà obtenu plus un et on attribue le mandat restant à la liste qui obtient le plus fort quotient. »

loi art 40 et 41.jpgL’enjeu de ces élections communales sera de savoir si les Verts et l’UDC (et éventuellement une liste du centre) arriveront à ces 16,66 %. Rien n’est moins sûr car les Verts n’avaient même pas 12 % en 2016 et c’est pour cela que le PS qui avait deux fois plus de suffrages qu’eux leur a ravi le siège en 2016.

Quant à l’UDC, elle avait avec le NPL 19,53 %. Aux élections fédérales de 2019, elle n’a plus que 11 %.

C’est dire que le parti qui arrivera à faire deux fois plus de suffrages que l’UDC ou deux fois plus que les Verts ou le possible parti du Centre aura deux sièges. Si les Verts ont une bonne liste, ils engrangeront les effets du tsunami et retrouveront leur siège. Dans ce cas, la seule chance du PS de garder son siège sera, comme en 2016, d’être en tête des partis avec au moins le double de suffrages que l’UDC ou le parti du Centre.

La folie du PLR est de proposer un retour à l’élection indirecte le 24 novembre. En effet, comment un électeur du centre-droit pourra empêcher la gauche d’avoir 4 sièges s’il ne peut plus donner des suffrages à l’UDC, dans l’élection au Conseil communal, pour limiter la casse ? Autrement dit s’il n’a plus la possibilité de sauver le fauteuil d’Arlettaz en donnant à l’élu UDC un de ses 5 suffrages.

La réforme du système électoral voulue aussi par le POP le favorise bien sûr ainsi que les Verts, surtout si ceux-ci n’ont pas une liste crédible pour le Conseil communal, comme ça a été le cas en 2016.

Elle est ruineuse pour l’UDC qui ne recevra aucun suffrage d’ailleurs et incohérente pour le centre-droit qui pourrait offrir un boulevard au POP pour conquérir le siège de l’UDC.

Reconnaissons cependant au PLR la fidélité à la beauté de ses principes même s’il tend le plateau de deux sièges au POP !

1 commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s