Mille tableaux

Blog de Daniel Musy

Pourquoi je donne un suffrage à l’UDC Marc Arlettaz pour l’élection au Conseil communal


J’ai démissionné samedi 28 mai du Conseil général et je suis redevenu un citoyen libre. On peut lire ma lettre démission au bas de cet article. Mais pourquoi donc vais-je donner un suffrage à l’UDC Marc Arlettaz pour l’élection au Conseil communal ?

 



001

Ce 29 mai 2016, je fais l’analyse suivante :

Pour l’attribution des sièges au Conseil communal, nous votons selon le système proportionnel, complexe à comprendre dans sa mécanique. L’attribution des sièges va d’abord à un parti et ensuite au premier de liste de ce parti. Avec ce système, aucun candidat ne peut être élu s’il n’a pas beaucoup de voix qui lui viennent d’électeurs

  • qui ont voté la liste d’un autre parti ou
  • qui ont choisi de prendre un bulletin vierge et de le remplir à la main.

 

001

Comme :

  • la gauche apparentée, selon moi, n’a cette année aucune possibilité de gagner 4 sièges en ayant plus de 66, 66 % des suffrages (campagne en force du PLR et du PDC, bons résultats de l’UDC lors des élections fédérales de 2015 : autour de 20 %) ;
  • la droite non apparentée va, selon moi, conserver ses 2 sièges qui se répartiront entre les deux blocs PLR-PDC-VertsLIB et UDC-NPL ; le rapport de force gauche-droite ne changera pas dimanche prochain (66 % – 34%  en 2012) ;
  • le PLR ne fera pas le double de suffrages de l’UDC, qui donc conservera à coup sûr son siège ;
  • il y a 2 candidats sur la liste UDC ;
  • l’un d’entre eux représente un immense danger pour les valeurs humanistes et le respect de la collégialité au sein du Conseil communal;
  • l’autre UDC, Marc Arlettaz, bien que membre d’un parti à l’opposé de toutes mes valeurs, est un homme que j’ai appris à connaître au Conseil général et dans des commissions, capable de construire et d’exposer ses positions de manière mesurée dans le respect de la discussion rationnelle (il a prouvé sa mesure en s’abstenant, mercredi 25 mai, lors du vote de la résolution dénonçant l’incitation à la haine de son co-listier) ; il n’est pas un extrémiste de droite à la dérive mais un conservateur très assumé;
  • il y a possibilité d’ajouter le nom de Marc Arlettaz sur une liste à deux ou trois candidats (listes NPL, PDC, PLR, Verts) ou de prendre un bulletin blanc, voter pour Marc Arlettaz et attribuer le reste des 4 suffrages à un parti (PS, POP) ou à d’autres candidats (on peut même voter la liste UDC en traçant le colistier;

en conséquence, j’ai pris, comme simple citoyen, seul et sans consulter mon parti, la décision de donner un suffrage à Marc Arlettaz.

Je suggère à toutes les électrices et à tous les électeurs qui n’ont pas encore voté de faire de même !

Je pense particulièrement à toutes les personnes qui tiennent aux valeurs humanistes de respect et de tolérance, à tous/toutes les jeunes citoyenNEs et à tous/toutes les abstentionnistes, à toutes celles et tous ceux qui ne votent que rarement.

Ce sursaut humaniste de dernière minute (l’Autriche a réussi ce sursaut il y a une semaine !) est, à mon avis, la seule chance, quelques jours avant la fin du scrutin, de faire barrage au conseiller communal UDC sortant, un représentant très violent et très intolérant de l’extrême-droite.

Chaque nouveau suffrage donné à Marc Arlettaz menacera son co-listier qui n’avait que 267 suffrages d’avance sur lui lors des élections au Conseil national d’octobre 2015.

Ce que j’appelle l’altérophobie (le mépris, parfois la haine, de tout ce qui est autre, différent) se manifeste chez le conseiller communal UDC avec une constance sans répit. Depuis 12 ans qu’il est entré en politique, ses cibles sont en alternance l’islam et les musulmans, les artistes de rues et les rockers, les femmes, les frontaliers et les migrants.

Je fais une importante entorse à mes convictions philosophiques et politiques en donnant un suffrage à son co-listier Marc Arlettaz, un candidat d’un parti que je combats depuis 12 ans, mais il y a des moments où il faut prendre ses responsabilités. Tenir tête !

Voici ma lettre de démission du Conseil général envoyée le samedi 28 mai :

Madame la Chancelière,

Lors de mon discours d’accession à la présidence du Conseil général le 4 février 2016, j’ai déclaré : « Je serai le président de toutes et de tous et ne participerai pas à des manifestations publiques de mon parti (récolte de signatures, campagne électorale). De même, mes interventions ou commentaires de nature politique seront suspendus sur les réseaux sociaux. »

Jusqu’à ce jour j’ai tenu parole.

J’estime aujourd’hui, quelques jours avant la fin de mon mandat, que le silence est complice de la vilenie. Vilenie à laquelle je désire tenir tête en retrouvant ma liberté de parole politique. Mercredi soir 25 mai, lors de la dernière séance de législature du Conseil général, j’ai d’ailleurs remercié ma ville, « cette Haute ville que nous aimons toutes et tous et qui doit garder sa hauteur en tenant tête à toutes les vilenies qui ne la rabaisseront jamais ».

C’est la raison pour laquelle je vous informe de ma démission du Conseil général avec effet ce samedi 28 mai à 24 h 00. Je démissionne également de la commission « ad hoc sur le choix du type de véhicules pour les transports publics urbains », de la commission intercommunale La Chaux-de-Fonds-Le Locle et du Conseil d’établissement scolaire.

Je vous prie de transmettre ce courrier à qui de droit, soit le Conseil communal et le bureau du Conseil général, et vous prie de croire, Madame la Chancelière, à l’expression de ma parfaite considération.

Daniel Musy

 

3 commentaires sur “Pourquoi je donne un suffrage à l’UDC Marc Arlettaz pour l’élection au Conseil communal

  1. philippechopard
    30 mai 2016

    Très saine réaction… Mais comment peut-on envisager un travail serein au sein de l’exécutif avec Jean-Charles Legrix et même Frédéric Hainard, sans une politique de blocage systématique au sein du Conseil général? J’espère que les électeurs apporteront la meilleure des réponses dans une semaine…

  2. Pingback: Lettre ouverte à mes camarades de gauche Miguel Perez, Baptiste Hurni, Corine Bolay Mercier et Laurent Duding | Mille tableaux

  3. Pingback: Jean-Charles Legrix ne sait même pas calculer, dommage pour un comptable | Mille tableaux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 30 mai 2016 par dans Politique, et est taguée .
Follow Mille tableaux on WordPress.com

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 988 autres abonnés

Stats du Site

  • 78,090 hits
%d blogueurs aiment cette page :