Ming Shan, un hôtel-restaurant sur la montagne qui éclaire, à Bullet


À Bullet, sur le balcon du Jura, s’est récemment ouvert le premier grand centre d’arts taoïstes d’Europe qui abrite aussi un hôtel-restaurant, Ming Shan. Une expérience spirituelle d’un soir, d’une nuit et d’un matin après vingt kilomètres du marche par le Chasseron. Agrémentée d’une réduction de 20 %, sur l’initiative du service de l’économie du canton de Vaud !

Le Centre Ming Shan se définit comme « un lieu de bien-être et de pratique énergétique unique en Europe,  un pont entre la modernité occidentale et traditions orientales« .

Tout est ici en effet spirituel : l’extraordinaire situation du village de Bullet, au pied du Chasseron, à 1150 mètres d’altitude,  le temple  taoïste, au centre de la grande cour intérieure, les chambres épurées, au mobilier simple sans télévision, l’architecture générale rappelant l’Orient.

 

 

tao - 1.jpg

Et la cuisine « élaborée avec des produits locaux, issus de nos agriculteurs régionaux et adaptée à chaque saison. Les plantes sauvages, cueillies localement, font partie de la signature de nos plats et boissons. » On retrouve l’esprit de Judith Baumann que nous avions connue il y a vingt ans à la Pinte des Mossettes, au-dessus de la Chartreuse de la Valsainte.

Ce samedi-là, pour quarante-neuf francs (en fait quarante, lisez plus bas !), nous avons mangé des gnocchi aromatisés au mélilot – une grand fleur jaune – avec une crème de cresson. Un omble chevalier avec un assortiment de légumes fins coupés « à l’orientale » et un oeuf à la neige nappé d’une crème anglaise à la coriandre.

bullet - 3

Au petit déjeuner, un miel de montagne renversant d’arômes de fleurs et de sapin, des confitures à pleurer, comme les reines-claudes au citron vert et… une soupe de riz chinoise énergisante, le zhou. Avec des fromages, de la tresse du dimanche, du thé vert chinois…

Cette nuit et ces repas régénérants après l’effort furent politiques dans le sens que je donne à ce blog.

En effet, le canton de Vaud a eu une idée simple et gagnante pour toutes les parties après la crise sanitaire du printemps : injecter quinze millions de francs dans l’économie régionale en offrant 20 % de réduction aux clients et 10 % d’aide aux hôteliers-restaurateurs et commerces de bouche notamment. C’est le programme QuQa, Savourer les plaisirs du canton de Vaud.

bullet - 4

Nous avons donc acheté sur place deux bons de cent francs et avons payé pour ces moments divins deux cent huit francs. Ming Shan est engagé dans l’offre jusqu’à concurrence de cinquante mille francs.

L’enthousiasme de l’expérience était tempéré par la léthargie ambiante dans le canton de Neuchâtel et la ville de La Chaux-de-Fonds, où nous vivons. L’un en est resté à un campagne décalée vantant les lieux touristiques, et affichée à la fin des vacances seulement, depuis début août, sur des panneaux publicitaires !

pte.jpg

L’autre, ma ville de La Chaux-de-Fonds, si elle avait en poste un chef du service économique, aurait pu s’inspirer de l’exemple vaudois. Elle aurait injecté ne fût-ce que quelques dizaines de millers de francs, qui auraient aidé les hôtels et restaurants de la ville d’accord de jouer le jeu. Avec un autre gagnant : le client d’ici ou d’ailleurs.

L’obstination de la conseillère communale Silvia Morel, PLR, à n’avoir pas voulu engager un chef de service pendant ces dernières années expliquent pourquoi notre ville manque totalement d’inventivité dans l’aide aux commerçants. Sur ce plan, elle n’est pas aussi attractive que le canton voisin.

L’an passé, j’avais été frappé par l’absence de la thématique du tourisme local dans les programmes politiques des partis suisses. La pandémie qui nous affecte a fait bouger les lignes.

Ainsi, pour ne pas en rester à de simples remarques critiques et désenchantées, je m’engage personnellement, comme secrétaire de la Fondation La Chaux-de-Fonds-Winterthour, pour un beau projet qui naîtra début septembre : offrir à cinquante habitants de chacune des deux villes un bon de cent francs à condition de passer au moins une nuit dans la ville partenaire. L’offre sera valable dès le première semaine de septembre jusqu’à fin octobre et sera rendue publique vers le 27 août.

Dix mille francs injectés par la Fondation pour soutenir les hôteliers-restaurateurs des deux villes, avec les habitants gagnants : telle a été mon idée acceptée par le Conseil de fondation début juin.

Nos Montagnes éclairantes et éclairées n’ont-elles pas des atouts incomparables à faire valoir ?

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s