Politique de parcage à La Chaux-de-Fonds : trois effets boomerang possibles


Sauf référendum difficile à concrétiser car les Chaux-de-Fonniers en majorité ne peuvent qu’être contents de ne rien payer, la nouvelle politique de stationnement votée cette semaine sans aucune opposition pourrait avoir quelques effets boomerang.

Je l’avais écrit dans un précédent article présentant la nouvelle politique de stationnement, « le changement des conditions de parcage pour les pendulaires sera d’autant plus rude qu’ils auront l’impression d’être les seuls à « casquer » : n’est-ce pas inique ? »

Les réactions ne se sont pas fait attendre:  la Chambre neuchâteloise de commerce et de l’industrie, semble-t-il associée à la genèse du projet dans une commission de consultation, s’est exprimée. Elle n’a curieusement eu aucun relais politique dans les partis de droite lors de la séance du Conseil général du mardi 5 février 2019 où des amendements auraient pu être déposés.

Son représentant, M. Charles Constantin, met le doigt sur le problème que j’évoquais le 25 janvier dans Arcinfo ce 8 février 2019.

Sans titre 2

Ainsi nous revient à la face le premier boomerang lancé pourtant avec détermination et unanimité politique : l’image d’une ville profiteuse.

Dans ce sens, M. Constantin n’a pas tout à fait tort. A La Chaux-de-Fonds, un pendulaire achetant un macaron annuel « libre stationnement » paiera 73 fois plus qu’un résident. L’effort est ainsi unilatértal en comparaison avec le « ratio » d’autres villes (Neuchâtel: 11 fois plus, Bienne 3 fois, Yverdon 4 fois, Fribourg 4 fois, Lausanne 2 fois,  Genève 10 fois (mais avec l’abonnement transports publics compris).

Sans titreTableau paru dans Arcinfo et inspiré du mien, publié le 25 janvier dans mon article

 

Il est pour le moins paradoxal que notre ville ouverte sur le monde et les autres, tolérante et même parfois visionnaire, soit pareillement atteinte, sur ce thème du parcage, de repli sur soi : « les autres n’ont qu’à se débrouiller car c’est partout comme ça ailleurs ».

Justement pas car dans les autres grandes villes romandes les efforts sont partagés dans une solidarité qui ne fait pas rechigner l’automobiliste externe : il paie comme tout le monde pour se parquer en ville. De plus, l’argument « des frais de voirie hivernaux », financés par l’impôt communal plus élevé qu’à Neuchâtel, ne me paraît pas suffisant pour adoucir cette forme d’iniquité.

Je vois du coup un deuxième effet boomerang plus insidieux et bien dans l’air du temps de l’autre côté de la frontière : le développement de la désobéissance rebelle des pendulaires.

Qui peut prédire comment réagiront dès le 1er janvier 2020 les milliers d’automobilistes pendulaires concernés par cette nouvelle mesure que je qualifais de « rude » le 25 janvier ? Par les réseaux sociaux ou d’autres moyens, refuseront-ils de se soumettre, en signe de défiance ? Préféreront-ils au départ tricher plutôt que payer ? Poseront-ils sur leur pare-brise un gilet jaune en guise de macaron ? Calculeront-ils que vingt amendes par année leur coûteront moins cher qu’un macaron ?

Se profilerait alors un troisiéme effet-boomerang inattendu : la sporadicité et l’inefficience des contrôles de police. Submergée par le non-respect des règles, la sécurité publique chaux-de-fonnière aurait alors deux choix : augmenter le nombre d’agents de sécurité et devenir une ville sous surveillance permanente, désireuse de se faire respecter à la « trique »; ou reculer et diminuer notablement le montant annuel des macarons annuels pour les pendulaires.

Danc cette optique, il est tout à fait curieux que mardi soir aucun élu ou parti n’ait proposé au vote un amendement abaissant, par exemple, ce montant d’un tiers (800 et 500 francs au lieu de 1100 et 700).

Histoire de mettre un peu plus de blancs en neige pour attendrir le biscuit et tenir dans la durée.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s