Méroux-Belfort TGV : une belle gare pratique pour aller en train de La Chaux-de-Fonds à Londres


J’utilise beaucoup trop l’avion pour aller régulièrement en vacances à Londres. Mea culpa. Il faut écouter les jeunes lycéens européens qui luttent pour le climat et, par exemple, décider de se rendre de La Chaux-de-Fonds à Londres par la gare TGV de Belfort, Méroux. Pour moi, ce serait moins cher, moins stressant qu’Easy Jet et à peine plus long, moyennant un changement de gare à Paris.

Aujourd’hui lundi 28 janvier,  j’ai décidé de simuler un séjour à Londres pendant la période de Pâques, du mercredi 17 au jeudi 25 avril. J’ai regardé les horaires et le prix d’un aller et retour, en train ou en avion.

La conclusion est imparable : voyager en train aux dates choisies le 28 janvier me coûte moins cher (157 francs de moins) et me prend à peine moins de temps (60 minutes de gagnées sur 18 heures de voyage aller-retour).

En voici la démonstration avec l’aller et le retour au départ de La Chaux-de-Fonds, en prenant le train à Méroux TGV ou l’avion à Genève.

L’heure de départ est fixée tôt le matin afin de prendre le TGV pour Paris au départ de Méroux  à 9 h. 21 et l’avion au départ de Genève à 10 h. 20.

Départ donc de La Chaux-de-Fonds à 6 h. 32 ou 6 h. 00, selon qu’on se rende à Méroux par Bienne ou à Genève-Aéroport par Neuchâtel. Je serai à 8 h. 55 à Belfort TGV. Là tout n’est que luxe, calme et volupté puisque cette gare perdue dans la nature est spacieuse, lumineuse et confortable avec un beau bar et quelques boutiques. Le temps de prendre un café dans cet « aéroport ferroviaire » et me voilà dans le TGV sans arrêt pour la Gare de Lyon.

img_0503

 

img_0504

Pendant ce temps, mon double peu écolo sera arrivé à 7 h. 54 à Cointrin et se stressera dans la foule à enregistrer sa valise de 16 kilos et à passer les contrôles de sécurité. Il attendra l’avion de 8 h. 45 à 9 h. 45 dans un espace agréable, vers la chapelle du 1er étage, et se rendra à la porte d’embarquement. Nouveau poireutage, entrée dans le boyau et début du vol dans un espace confiné et bruyant. Il arrivera à Londres Stansted, l’aéroport londonien le plus pratique et le moins cher, ce mercredi 17 avril, à 12 h. 05 heure suisse.

A Paris, dès l’arrivée à la Gare Lyon à 11 h. 37, je sauterai dans le RER D jusqu’à la Gare du Nord. Je n’y serai pas encore arrivé que mon double aura atterri à Stansted et devra encore se rendre à la gare de Saint-Pancras.

Après un contrôle de sécurité poussé, mon train Eurostar partira à 13 h. 03 et arrivera à Londres Saint-Pancras à 15 h. 39 heure suisse. Deux heures et demie de voyage au calme dans un train, à lire et aller se croquer un morceau au bar, debout devant le paysage du Nord qui file. Je retrouverai mon double à Saint-Pancras, l’une des plus belles gares du monde. Il m’aura attendu depuis 14 h. 00. Le voyage l’aura plus fatigué que moi. Il aura dû passer le contrôle des passeports à Stansted, prendre le train pendant 50 kilomètres jusqu’à la station de métro de Tottenham Hale et rejoindre Saint-Pancras par la Victoria Line. Son voyage aura duré huit heures, le mien neuf.

Mon retour s’effectue exactement de la même manière qu’à l’aller. Départ tôt, à 6 h. 54 heure anglaise de Saint-Pancras (avantage : métro et bus calmes) et arrivée à La Chaux-de-Fonds à 16 h. 28 : excellent horaire permettant de profiter de la fin d’après-midi et de la soirée.

Le retour en avion est pire que l’aller. Le jeudi 25 avril, à part des vols décollant à 7 h. 00 du matin ou plus tard dans la journée, il n’y avait d’intéressant que le vol de 13 h. 50 heure suisse, de Luton, au nord de Londres. Certes, mon pauvre diable de double aura pu jouir d’un dernier petit déjeuner anglais; il quittera néanmoins son B&B vers 9 h. 45 pour un réel parcours du combattant, fatigant et lassant. La raison principale en est dans l’obligatoire longue attente dans les aéroports londoniens, souvent surpeuplés.

D’abord, il prendra le métro ou le bus bondés aux heures de pointe du matin jusqu’à Saint-Pancras. De là, le train (billet réservable à l’avance mais cher) est rapide pour Luton mais il n’arrive pas à l’aéroport. De la gare de Luton Parkway, il faut encore prendre un bus jusqu’à Luton Airport, moins gigantesque que Gatwick, moins convivial que Stansted. Enregistrement certes rapide des bagages mais stress certain lors du contrôle de sécurité à la soviétique et longue attente dans un hall surpeuplé (ce n’est pas mieux à Gatwick ou Stansted) sans possibilité d’être au calme comme à Genève.

Au moment où l’avion de mon double fatigué sera arrivé à Cointrin, je serai près de Saint-Imier, bien plus frais et dispos.

J’aurai économisé au total 157 francs ainsi que des heures de fatigue et aurai contribué à la lutte pour le climat tant souhaitée par nos lycéens. Dont j’espère que dans notre canton ils renonceront à leurs voyages d’étude ou de bac en avion et que les autorités scolaires compétentes les y inciteront, ou même, comme au lycée Blaise-Cendrars, les y obligeront sauf exception.

ssss - copie.jpg

sans titre 1

sans titre 2

 

sans titre 3

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s