Au Ripailleur, on mange bien à Saint-Ouen


A neuf stations de métro de Champs-Elysées-Clémenceau, on se trouve à Saint-Ouen-sur-Seine, dans l’ancienne ceinture rouge au nord de Paris. Et on tombe sur un bistrot comme il n’y en a pas beaucoup intra muros : le Ripailleur, à côté d’une improbable patinoire.

Saint-Ouen jouxte Clichy le long de la Seine, qui va faire une grande boucle à Saint-Denis. En leur temps, Cendrars et Doisneau, dans La Banlieue de Paris, imagèrent cet univers. Il est à découvrir pour qui veut fuir la foule touristique et le tumulte.

Sans titre.jpg
En sortant de la station de métro Mairie de Saint-Ouen, on tombe sur une patinoire couverte à l’architecture redoutable.

7

Au fond un bel immeuble triangulaire du début du XXe siècle au bas duquel est établi un établissement incroyable, le Ripailleur, « bistrot et lieu de vie à Saint-Ouen« .

6

Son très réussi site internet donne une idée de l’esprit du lieu. Sans réservation, impossible de trouver une table, sauf au bar pour une ou deux personnes.

IMG_0547.jpeg

Choisissez-en une si possible dans ce bar plutôt que dans la salle à manger, très serrée et sur laquelle s’ouvre la cuisine, concept aujourd’hui très tendance.

Le ripailleur en salle, Romain, incarne la gouaille parisienne dans sa splendeur, avec gentillesse et efficacité. A midi un repas complet entrée-plat-dessert coûte 19 euros, le verre de Valençay blanc ou rouge (à recommander !) 4 euros.

Et c’est excellent !

La preuve avec un oeuf mollet frit sauce à la crème de chèvre et champignons, servi sur un lit de roquette.

IMG_0544.jpeg

Le dos de cabillaud qui suit est moelleux, les fenouils braisés qui l’accompagnent fondants et goûteux. C’est malin de l’accompagner d’une crème de champignons et de pousses d’épinard.

2

Magnifique dessert pour terminer. Ananas et orange avec du fromage blanc, un crumble aux céréales et une compote de pomme et de kaki.

3

Par beau temps et si le coeur vous en dit, je vous conseille de prendre une heure pour revenir au centre de Paris, par exemple au Musée d’Orsay. Devant la mairie montez dans l’autobus 237 jusqu’à la gare d’Epinay-Sur-Seine. Pendant cinq kilomètres presque bucoliques vous longerez la Seine qui fait sa grande boucle autour de Saint-Denis et de L’Île-Saint-Denis, une longue île au milieu du fleuve.

L’arrivée à Epinay-sur-Seine réserve une magnifique surprise aux Chaux-de-Fonniers : une gare construite en 1907 dans le style régional mélangeant des matériaux décoratifs tel que la caillasse de Montmorency, la brique émaillée, la pierre de taille, des frises en céramique et une armature en fer.

12IMG_9670

En 30 minutes par le RER C, silencieux et presque vide en milieu journée, vous rejoignez la Tour Eiffel, les Invalides, le Musée d’Orsay ou Saint-Michel.

Bref, tous les quartiers chics sans ripailleurs …

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s