Mille tableaux

Blog de Daniel Musy

Pour ceux qui hésitent encore, deux arguments forts pour soutenir l’initiative « deux hôpitaux de soins aigus »


Il reste deux semaines pour se déterminer sur l’avenir hospitalier cantonal. Certes, il y a de l’émotionnel, mais nombre de citoyens réfléchissent en toute liberté et sauront bien trier le bon grain de l’ivraie. Pour ceux qui hésitent encore, voici deux arguments rationnels puissants pour faire pencher le vote en faveur de l’initiative. Ma synthèse est tirée, souvent aux mots près, de deux récents articles de Nicolas Babey et Armin Kapetanovic parus sur leur profil Facebook. Ils tolèreront que je les cite constamment sans ouvrir les guillemets.

 

002

L’argument moral et social d’abord qui tient en quelques mots: la nécessaire mobilité des patients qu’entraîne la centralisation des soins est socialement injuste. Il y a une corrélation évidente entre les ressources dont disposent les personnes et leur capacité à être mobiles. Le projet de Hne aggrave cette injustice, tant pour les gens du Haut que du Bas, voilà ce qu’estime N. Babey.

 

 

L’argument économique principal ensuite : la proximité diminuera l’exil des patients vers d’autres cantons

Depuis la Lamal de 2012, le patient s’est mué en client, il est libre d’aller se faire soigner où il le veut sur le territoire de la Confédération si bien que le secteur de la santé s’est segmenté en différents marchés.

A. Kapetanovic, député et pharmacien, rappelle que notre canton paye 55% de la facture des hospitalisations de ses concitoyens, quel que soit leur lieu de séjour hospitalier (Neuchâtel, Berne, Vaud, etc). Or, les hospitalisations extra-cantonales augmentent massivement chaque année ! En effet, avec le démantèlement progressif du site de La Chaux-de-Fonds, orchestré par les dirigeants d’HNE et leurs alliés, l’hôpital du Jura bernois voit une augmentation, chaque année, d’environ 10% de patients neuchâtelois. De manière générale, le canton de Neuchâtel perd 10% des patients hospitalisés pour les prestations de base de médecine et de chirurgie et 15% de l’obstétrique. Notre canton a ainsi payé, en 2015, plus de 50 millions de francs à ce titre à des hôpitaux situés hors du territoire neuchâtelois (45 millions en 2014). Cette somme augmente de 10% par année.

N. Babey en conclut que depuis 2012, à quelques détails près, il y a une évidente relation de cause à effet entre le processus de centralisation que Hne mène depuis plusieurs années et la fuite grandissante de la clientèle. Sans clientèle, on comprendra vite qu’une offre ne peut pas être économiquement durable. Hne croit en la puissance de l’offre pour capter à nouveau cette clientèle, tandis que les initiants désignent le mécontentement et la fuite de la demande pour en déduire une offre adaptée tant sanitairement qu’économiquement. Seule l’initiative permettra de rétablir (partiellement, car certains cas relèvent des hôpitaux universitaires) ce déficit manifeste et seule l’initiative est dans l’esprit de la libre circulation du patient, en étant adaptée à la configuration et structure de notre canton. Elle permettra ainsi de mettre fin à cette fuite des patients.

Mes deux amis estiment qu’à l’opposé, le contre-projet fonctionne sur  une structure hospitalière chère et centrée sur elle-même, qui ne travaille pas en réseau et qui estime naïvement que ses patients lui seront fidèles. 

Pourtalès saturé et la légère policlinique des Montagnes seront contre-productifs pour tous les Neuchâtelois. Hne argue de conditions-cadres imposées nécessitant une centralisation toujours plus poussée. On peut penser au contraire que ce processus de centralisation est en train de s’essouffler, avec l’accumulation des déficits de plusieurs hôpitaux cantonaux en Suisse. Théoriquement, une centralisation devrait mener à des économies d’échelle. Cela fonctionne parfois à condition que l’environnement soit stable, par exemple en situation de monopole. Or, la santé est devenue un marché hautement instable.

 

 

3 commentaires sur “Pour ceux qui hésitent encore, deux arguments forts pour soutenir l’initiative « deux hôpitaux de soins aigus »

  1. Wahli Paul-André
    31 janvier 2017

    Très intéressants !
    Pourquoi ces articles ne sont pas publiés dans la presse locale ?

    • Daniel Musy
      31 janvier 2017

      Monsieur, je tiens un blog privé. Et la presse locale est partisane du contreprojet !

  2. Pingback: HNE, chronique d’un crash annoncé | Mille tableaux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 29 janvier 2017 par dans Politique, et est taguée .
Follow Mille tableaux on WordPress.com

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 988 autres abonnés

Stats du Site

  • 78,431 hits
%d blogueurs aiment cette page :