Les incertitudes de certains électeurs de gauche pourraient favoriser Madame Graf


À écouter des personnes de gauche, socialistes, popistes, vertes, on peut faire l’hypothèse que leur vote compact de la liste « gauche plurielle » n’est pas acquis. Ces hésitations pourraient faire le jeu de Madame Graf. Les votes PLR, UDC et centristes lui sont acquis, ce qui lui permettrait de dépasser Madame Nater et de distancer Monsieur Tschopp.

L’avance de MM Ribaux, Favre et Kurth est trop importante pour qu’ils perdent des suffrages d’électeurs qui ont voté pour eux le 25 avril. Les 4314 voix d’avance du socialiste sur la jeune PLR lui garantissent une des cinq premières places.

Par contre, rien n’est joué pour les trois places suivantes car des électeurs de gauche sont dans un dilemme : voter compact ou voter autrement.

Des socialistes féministes et fâchés du retrait de M. Mairy ne vont pas voter Tschopp, quitte à donner un suffrage à Graf.

Des popistes considèrent à tort Tschopp comme un homme de droite et ne voteront pas plus pour lui que pour Kurth.

Des verts ne voteront ni Nater ni Kurth pour garantir leur voix à Tschopp et même à Graf pour voir deux femmes au gouvernement.

Ces atermoiements, tergiversations et ressentiments envers les un-e-s et les autres, ces mauvais calculs patents pourraient créer des surprises. Comme la non élection de F. Nater !

Dans ce sens, la défaite de Madame Graf n’est pas garantie. On trouve même de farouches adversaires de sa politique qui hésitent à voter Ribaux et Favre pour lui faire barrage !

Ils confondent élection à la proportionnelle et élection majoritaire ! S’ils ne veulent pas la voir ministre, ils doivent au moins voter Nater et Tschopp pour que ces deux candidate-e-s-là la devancent en nombre de voix !

En donnant trois voix à Kurth, Nater et Tschopp, on leur donne trois voix à elle et eux et pas à la liste comme dans une élection à la proportionnelle. Si on n’utlise pas les deux dernières voix notre dispositon, on n’enlève rien à la gauche, au contraire on la renforce dans le rapport de forces avec les trois candidat-e-s de droite.

Et comme l’écrit un électeur de gauche: « Ha je crois que je viens de comprendre…. De facto, en ajoutant deux voix à Ribaux et Favre, en pensant bien faire, je crée un électorat de droite fantôme qui rapproche ces deux loulous d’une majorité écrasante. Alors qu’en ne votant pas pour eux, je m’en tiens au fait que l’électorat de gauche fera suffisamment de voix pour éloigner Madame Graf du pouvoir, sans en plus donner des voix aux deux gais lurons du PLR. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s