Les cinq voies de passage du Gothard dans la Léventine


Passer du Nord au Sud ou du Sud au Nord nous change de monde, surtout en Suisse. Un marche à travers la gola del Piottino dans la vallée tessinoise de la Léventine nous ramène aux origines de ce lieu de passage, aujourd’hui inconnu des voyageurs en train et à peine visible par les vacanciers empruntant l’autoroute.

Au nord de Faido, entre Biasca et Airolo, est prise cette photo, sur le sentier pédestre de la ligne du Gothard.

Les quatre voies de communication au nord de Faido

Au fond, A, le sentier muletier qui entre dans la gorge du Piottino, ouvert au XVIe siècle par les Uranais. La précédente route romaine devait contourner la gorge par la montagne du Piottino. Dès 1820 est construite en B une route carrossable pour des calèches qui est aujourd’hui la route cantonale. La ligne ferroviaire du Gothard est mise en service en 1882. Elle ne passe pas par la gorge mais, grâce à des tunnels hélicoïdaux (entrées C1 et C2, celui-ci de deux kilomètres), elle permet de vaincre le dénivelé. En 1985, l’autoroute D réduit la pente grâce à des viaducs. Et, dès 2016, est ouvert le plus long tunnel ferroviaire du monde, qui passe sous la montagne derrière l’endroit où a été prise la photo (en traitillé noir et en orange sur les images suivantes).

La Léventine : au bout de la flèche, la lieu de la prise de la photo.
Vidéo présentée au musée de la Leventine à Giornico et illustrant les vitesses de déplacement

Ce lieu improbable, assez bruyant, visuellement pollué par tant de constructions humaines (poteaux et fil, routes, rails et béton) est pourtant d’une grande intensité émotionnelle. Il nous ouvre à ce que nous ignorons habituellement quand nous traversons, en aveugles, le Gothard : l’histoire des hommes qui ont construit ces voies et la perception différente des temps de passage, comme l’illustre à merveille la vidéo.

L’émotion est encore plus grande à la traversée de la gorge que Turner immortalisa en 1842 quand il allait de Lucerne à la Venise tant aimée.

Le chemin uranais du XVI a été récemment restauré pour les marcheurs et c’est un enchantement sauvage et romantique. Le cours du Ticino a certes été apaisé mais la profondeur de la gorge et l’âpreté de la roche sont intactes : dire qu’une partie du trafic économique mondial passait par là !

Site possible d’inscription au patrimone Unesco, les voies de passage du Gothard allient le local au global d’une manière incomparable. Elles sont pourtant menacées. Les CFF parlent de fermer la ligne ferroviaire historique entre Erstfeld et Airolo. On ne pourrait donc plus traverser le Gothard par Wassen et aller manger des raviolis maison aux Alpes à Airolo. La majorité de mes lecteurs s’en moqueront, mais pas moi !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s