La montagne magique au Musée du Locle


Tout le Musée des beaux-arts du Locle montre des images de la montagne jusqu’au 13 octobre. C’est un ensemble magique qu’on ne reverra plus jamais ainsi dans nos Montagnes à nous. Telle est l’offrande que nous offre la conservatrice de l’institution, en totale liberté dans ce musée dénigré par des politiciens aveugles et mesquins.

On commence, tout en haut dans la petite salle du 3e étage, par une confrontation entre Lermite et L’Éplattenier, deux peintres régionaux qui atteignent, chacun dans leur domaine, à l’universel.

La grande toile de Lermite, évoquant la vallée de la Brévine, est un de ses ultimes chefs-d’oeuvres des années septante et appartient au Musée du Locle.

Montagne MBAL - 3

Le peintre chaux-de–fonnier du début du XXe siècle, L’Éplattenier, a droit à la grande salle du 2e étage avec les toiles capitales du Musée des beaux-arts de La Chaux-de-Fonds et l’immense Saut du Doubs gelé de 1914. Jamais plus on ne reverra dans un musée un tel accrochage, aéré, éclectique, avec un pareil amour de nos montagnes à nous. C’est la magie de l’accrochage de Nathalie Herschdorfer, la conservatrice en liberté du musée du Locle. Elle n’aurait pas pareille autonomie au Louvre !

Montagne MBAL - 4

Et elle est ici aidée par le choix de la spécialiste du peintre, Anouk Hellmann, qui a récemment emmené les amateurs sur les traces de L’Éplattenier dans le Doubs.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_f8a9.jpg

Dans la salle à côté, le clou de cette exposition multiforme, les photographies de Henrik Spohler, artiste en résidence dans le Parc du Doubs. Il présente une série d’images de format identique qui articulent la nature à sa transformation par l’homme. Les lieux photographiés nous sont familiers, pourtant révélés par un regard qui, loin de les transfigurer, les radiographie dans leur nudité moderne.

Montagne MBAL - 7

Montagne MBAL - 2

Montagne MBAL - 1

Au deuxième et premier étages, les photographes de l’agence Magnum montrent toutes les montagnes possibles au monde. La justesse du choix et de l’accrochage est un régal, comme ci-dessous, dans ces trois images.

Montagne MBAL - 5

Ou dans celles de la petite salle consacrée à Werner Bischof.

Montagne MBAL - 6

Au rez-de-chaussée, Noémie Goudal nous emmène dans son labyrinthe poétique, avec un oeuvre très contemporaine qui n’a pas forcément besoin d’outils conceptuels pour s’apprécier.

Montagne MBAL - 8

Parvenir, dans un musée régional dénigré par certains de ses propres contributeurs, à créer une dialectique entre des artistes du lieu et des figures artistiques mondialement connues, relève du défi. Nathalie Herschdorfer est habituée à ce type d’exploits et il ne ne vous reste que jusqu’au 13 octobre pour approcher ces sommets.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s