L’UDC neuchâteloise probablement à la trappe au National en octobre 2019


Défaite de Legrix, en 2016, déculottée au Grand Conseil en 2017, débandade des présidents successifs, conseiller national dissident et désaveu cinglant le 25 novembre 2018 : l’UDC neuchâteloise et ses losers vont probablement perdre leur siège au Conseil national en octobre 2019. Les citoyens humanistes feront la différence car il suffit que la gauche et la droite recueillent chacune au moins le double des suffrages de l’extrême-droite pour l’éjecter . Le PLR devrait gagner un second siège à moins que la gauche, totalement unie, fasse un carton-miracle pour en gagner un troisième.

Les chiffres, tous les chiffres, rien que les chiffres : leur analyse fine est la condition d’une tactique politique cohérente.

En 2015, l’élection au Conseil national a vu l’UDC recueillir 21,5 % des suffrages, la gauche 45,8 % et le centre-droit 32,7 %.

Elections 2015.png

Si, en octobre 2019, le bloc du centre-droit « pique » au moins 4,5 % à l’UDC et que celle-ci se maintient autour de 17 %, c’en est fini pour elle. En effet, avec quatre sièges à répartir à la proportionnelle, il suffit à un bloc d’avoir au moins 20 % des suffrages pour obtenir un siège.

La gauche maintiendra donc ses deux sièges et le PLR le sien. Reste le dernier siège à attribuer en fonction des 40 % de suffrages restants. Si le PLR fait 4,5 % de plus qu’en 2015, il aura 37,2 % et si l’UDC perd seulement ces 4,5 %, elle sera à 17 %. Donc bingo pour le PLR et ses alliés avec 17,2 % en plus de ses 20 % : un second siège !

La formule mathématique est simple : l’extrême-droite ne peut garder son siège que si elle engrange au moins la moitié plus un des suffrages de chacun des deux blocs concurrents : PS-POP-Verts-Solidarités et PLR-Vertslib-PDC.

Je ne vois pas comment Raymond Clottu ou Yvan Perrin, avec leus gros sabots, pourraient soudain alléger leur discours. Exit donc ces Messieurs !

Capture d_écran 2018-11-23 à 10.25.01

Une autre hypothèse plus audacieuse est l’effondrement de l’UDC qui perdrait autant qu’au Grand Conseil en 2017 où elle n’a recueilli que 10,55 % des suffrages.

Capture d’écran 2018-11-26 à 09.18.55.png

Dans ce cas de figure, à mon avis peu vraisemblable puisque seuls les citoyens suisses votent et que les élections fédérales sont favorables aux thèses extrémistes de droite, la gauche unie pourrait gagner un troisième siège.

Comment ? En récoltant, par rapport à ses 40 % assurés pour deux sièges, un surplus de sièges supérieur à celui du PLR par rapport à ses 20 % assurés. Autrement dit, il lui faudrait creuser un écart de 20 points par rapport au centre-droit. Exemple : UDC 12,99 %, PLR et alliés 33,5 % et gauche 53,51 %. Une pareille remontada, possible en football pour Barcelone, est rare dans notre canton marqué par la stabilité. Gagner 8 points en 4 ans, c’est gagner 18 % de voix supplémentaires, soit environ 3500 électeurs de plus ! Ou imaginer que la moitié des électeurs UDC vont voter à gauche !

Pourtant, la campagne de la gauche neuchâteloise part sur de bonnes bases. Par exemple, un des trois objectifs du Parti socialiste neuchâtelois est de « maintenir au moins les trois sièges de gauche au Parlement« . Objectif adopté le 24 novembre lors d’un congrès consacré à la stratégie politique.

Dans ce parti, qui est le mien, la campagne pour les deux sièges laissés vacants par Jacques-André Maire et Didier Berberat sera animée. Pour le Conseil national, rien n’est joué pour Baptiste Hurni qui devrait être candidat. Pour le Conseil des Etats les deux femmes candidates – le parti a décidé de ne pas présenter d’hommes – et assurées du siège devraient constituer un tandem dynamique puisqu’elles ne seront pas candidatEs au National. Ces six candidatEs seront éluEs lors du congrès du 9 mars.

Pour leur part, les Verts ont l’ambition de surfer sur la vague suisse et européenne afin de regagner le siège perdu en 2015. Souvenons-nous que Francine John Calame ne s’était pas retirée du Conseil national au profit de Fabien Fivaz. A noter finalement que les popistes, à l’interne, ont des mots très durs envers Céline Vara et vont essayer par tous leurs moyens de préserver le siège de Denis de la Reussille.

Bref, un grand dynamisme dans les trois partis mais comment la gauche pourrait-elle gagner 3500 électeurs de plus sans des discours forts, unis et rassembleurs pour tous les démocrates humanistes progressistes ? J’y crois peu !

Le boulevard est donc vraisemblablement ouvert au PLR pour conquérir un second siège au National. Philippe Bauer, un des politiciens libéraux de Suisse romande les plus à droite, n’a jamais brillé par ses discours humanistes. C’est l’inverse d’un radical neuchâtelois, un conservateur assumé qui lisse trop souvent sa moustache à l’extrême-droite. Son siège serait assuré au Conseil des Etats s’il y est candidat comme on le murmure dans les officines.

Il est possible qu’il y ait donc au PLR une bataille à trois pour deux sièges au Conseil national. En effet, Philippe Bauer devrait aussi y être candidat pour tirer la liste (curieuse manière assurer son siège sans prendre de risques !). La ou le candidatE qui restera sur la touche ne perdra pas parce qu’elle est une femme, parce qu’elle ou il est unE représentantE d’une région, unE jeune ou  unE politicienne inexpérimentéE.

Elle ou il perdra parce qu’elle ou il n’aura pas su convaincre de potentiels électeurs de gauche de lui donner un suffrage sur les quatre qu’ils auront à disposition. Elle ou il gagnera donc en tenant un discours humaniste, ouvert sur les grands thèmes de société, mesuré et fin dans ses positions. Bref, une sorte de Jean-François Aubert, Didier Burkalter ou Raphaël Comte.

4 commentaires

  1. Merci pour votre analyse. Sur la base des suffrages 2017au GC, je trouve d’autres %? gauche: 51%; droite sans UDC: 39,6%, udc 9,4%…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s