La splendeur du Val Müstair juste avant la neige


Müstair, village du val du même nom, est la destination suisse la plus éloignée de La Chaux-de-Fonds en transports publics. S’ouvrant sur l’Italie, ses paysages de rêve en fin d’automne ont pour épicentre le monastère carolingien de San Jon inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco. Bijoux culturels et paysagers mais aussi gastronomiques avec les incomparables spécialités romanches.

 

De toutes les vallées alpines suisses, le Val Müstair est de mon point de vue la plus authentique et la plus riche culturellement. Ce n’est pas seulement qu’on y parle le romanche; le monastère bénédictin de Saint-Jean créé par Charlemagne au VIIIe siècle contient le plus grand ensemble de fresques carolingiennes conservé à ce jour. Certaines ont été recouvertes au XIIe siècle par des peintures plus modernes reprenant les motifs anciens. Le monastère est encore en activité avec une dizaine de sœurs. L’accueil, le musée et la tisane offerte à la fin de la visite devraient faire honte à des pseudo-centres culturels surfaits et délabrés comme la Fondation Gianadda.

Cette intense spiritualité habite toute la vallée qui se prolonge vers le Südtirol, Haut-Adige en italien. Par exemple, à Tubre, Taufers en allemand, pas moins de huit églises ou chapelles entourent le village. La principale, au centre du bourg, est dédiée à Saint-Jean. Ses fresques de 1220-1230 sont extraordinaires, tant à l’intérieur que sur sa façade nord avec Saint-Christophe, le patron des voyageurs. De même, l’autel baroque de l’église Saint-Blaise est un petit joyau. Le site s’ouvre sur Malls, ville terminus du car postal de Zernez. De là, on rejoint Bolzano par le train en deux heures.

Nulle part ailleurs en Suisse une frontière ne paraît somme toute aussi artificielle qu’ici. Les paysages se prolongent, les églises se répondent, les mélèzes d’arrière-automne flamboient, défiant les séparations.

Le lieu idéal pour loger simplement une nuit se situe justement en face du monastère: l’hôtel Chavalatsch, sous la montagne du même nom. Avec l’Hotelcard, la chambre coûte 75 francs, l’assiette de capuns 22 et la meilleure bière suisse, la blanche Tschlin 4,50 francs.

Le matin vers neuf heures la lumière caresse les mélèzes au-dessus de l’église, le givre a gelé la terre plus bas.

La nuit a été scandée par les cloches du monastère et l’air pur, frais, incite à la « promenade des huit églises » jusqu’à Taufers. Dix kilomètres exceptionnels qui ne sont que le pendant d’une promenade de la veille vers un temple de la gastronomie grisonne : la boulangerie Meier de Santa-Maria. Les tourtes aux noix et les pains de poire ont gagné tous les concours et doivent sûrement avoir régalé depuis son enfance Dario Cologna, natif du lieu le 11 mars 1986.

Vous l’aurez compris, les six heures de voyage à partir de La Chaux-de-Fonds avec le premier train de 5 h 43 (changements à Bienne, Zürich, Landquart et Zernez pour septante minutes de car postal) vous réservent, si vous savez improviser, vingt-quatre heures de rêve dans une région apparemment excentrée, qui finit par se révéler … centrale à tous les points de vue.

IMG_0434.jpeg

IMG_0432.jpeg

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s