Suprême Malevitch à la Fondation Beyeler


Suprême ouverture de l’art moderne, le Carré noir de Malevitch a 100 ans. Le voir exposé, en simultané avec une vingtaine de toiles peintes par l’artiste en 1915, relève d’un miracle rendu possible à la Fondation Beyeler. Il laisse des traces dans l’aventure de l’art abstrait minimal jusqu’à aujourd’hui, épopée que l’on suit également dans ce musée béni jusqu’au 4 janvier 2016.

 

IMG_2487

 

Lors de la dernière exposition futuriste de tableaux qui se tient dans une galerie de Petrograd fin 1915, Malevitch avait accroché l’œuvre dans l’angle sud-est de la salle. Ce tableau, telle une icône, nous ouvre à l’esprit suprême ou, par un retournement de sens, nous renvoie à un voyage spirituel dans le néant puisqu’il n’y a apparemment plus rien d’autre à voir qu’une structure géométrique, d’ailleurs pas tout à fait carrée. Cette forme est-elle posée ou suspendue ? Le carré blanc du fond est-il une fenêtre voilée de noir, ce qui fait qu’on ne voit rien de ce que la peinture s’évertuait jusqu’à lors à reproduire ?

 

IMG_2485

 

Le Carré noir ouvre l’art à de nouvelles aventures qui sont vécues cette année-là par Malevitch lui-même. Dans une frénésie exploratoire, il explore la force d’autres formes élémentaires solitaires ou le dynamisme de deux formes mises ensemble. Il construit des structures plus fragiles, plus complexes, où des formes élémentaires diverses s’opposent, se superposent, entrent en tension ou en harmonie les unes avec les autres.

 

IMG_2474

IMG_2475

 

Les deux salles de la Fondation Beyeler resteront ainsi autant inoubliables que toutes les autres – visibles jusqu’au 4 janvier – où des artistes redevables à Malevitch s’inspirent de son geste.

IMG_2471IMG_2472

 

 

Un champ de tension inépuisable se crée et se développe, de Mondrian à Serra, en passant par tous les peintres tant aimés qui nous ont toujours fait vibrer : Klein, Reinhardt, Newman, Rothko, Kelly, Ryman.

 

IMG_2488Mondrian
IMG_2489KleinIMG_2490Reinhardt

IMG_2492Newman

IMG_2493
Rothko
IMG_2477Kelly
IMG_2478Serra
IMG_2494Agnès Martin
IMG_2497Ryman
IMG_2480Eliasson, installation
IMG_2484Clin d’oeil de Weiner

 

Et la joie nous anime de penser à tous ces belles expositions organisées par Edmond Charrière au Musée des beaux-arts de La Chaux-de-Fonds. Rigoureusement seul, sans commissaire, avec son exigeante sensibilité et ses relations privilégiées, il nous a fait découvrir Olivier Mosset, Christian Floquet, Jean-Luc Manz, Stéphane Brunner, Andreas Christen, Gunter Förg, Henri Presset.

002

 

Ces temps sont aujourd’hui révolus, notre musée s’est engagé dans une autre voie, que nous avons acceptée sans pouvoir convaincre qu’un tel changement de cap était rude dans son intransigeance. Il nous reste notre belle collection, enrichie par des achats significatifs de tous ces artistes.

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s