Mille tableaux

Blog de Daniel Musy

Christian Gonzenbach : l’inversion irradiante de Chevrolet


Le dévoilement de la sculpture monumentale de Christian Gonzenbach consacrée à Louis Chevrolet a eu lieu hier. Si l’artiste inverse le réel, il ne s’oppose pas à lui mais le révèle en l’irradiant. On peut ainsi lire cette oeuvre comme une image de notre ville.

Christian Gonzenbach est un artiste pointu et chaleureux dans sa démarche,  ses explications et son site internet détaillé. Son idée pour la sculpture de Chevrolet offerte à la ville de La Chaux-de-Fonds par la célèbre firme est d’avoir réalisé  le buste de l’inventeur en trois dimensions, puis d’en avoir retourné la surface à l’aide d’un moule en silicone. « L’homme célèbre est dès lors méconnaissable et demande du temps à tout passant pour découvrir cette figuration abstraite dont les détails miroitants en rendent la lecture peu aisée. La sculpture définitive est réalisée en fonte d’acier inox qui est ensuite poli miroir. »

P1180756 - Version 2L’artiste devant son oeuvre le soir du dévoilement
 

Faire le contraire, est-ce forcément s’opposer ? Non, inverser, ce n’est pas renverser ou vouloir détruire mais révéler. Et je lis cette oeuvre réussie et très bien intégrée dans l’espace urbain chaux-de-fonnier comme l’inverse de celui-ci, orthogonal et sévère. Pourtant la sculpture irradie la lumière et les reflets du lieu. Elle révèle ainsi notre ville à elle-même et aux autres qui la voient d’abord laide.

De même, elle est le meilleur hommage de La Chaux-de-Fonds à Chevrolet. Il n’a fait que naître dans cette ville qu’il a ensuite ignorée. C’est pourquoi il ne fallait pas vraiment le montrer comme dans un buste glorificateur, mais faire l’inverse, le cacher pour qu’il se révèle progressivement.

Si on essaie de replacer l’oeuvre de Gonzenbach dans l’histoire de l’art, 1960.cesar.compressionelle me fait penser au travail de compression de voitures amené par le sculpteur français César dans les années 60. César détruit l’hymne à la voiture et il n’est pas sûr que Gonzenbach n’évoque pas César, dans une double ironie : les Chevrolet seraient des faux mythes et notre ville pro-bagnoles un lieu propice à perpétuer le mythe de la voiture.

Un commentaire sur “Christian Gonzenbach : l’inversion irradiante de Chevrolet

  1. Zaslawsky
    4 octobre 2013

    Chevrolet est un beau portrait de notre ville dans laquelle il a passé les six premières semaines de sa vie, de quoi marquer un homme.

    Et toi Daniel que retiens tu de tes 6 premières semaines de vie ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 4 octobre 2013 par dans Politique, Portraits culturels, et est taguée , .
Follow Mille tableaux on WordPress.com

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 988 autres abonnés

Stats du Site

  • 78,090 hits
%d blogueurs aiment cette page :